Planète Bleue

Respirer profondément et en toute sérénité sur notre belle planète

22 juillet 2008

Siné viré !!

Figure emblématique du journal satirique Charlie Hebdo, Siné avait ironisé, dans une chronique publiée le 2 juillet, sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage avec la fille Darty. Des propos teintés d'antisémitisme pour le directeur Philippe Val, qui a décidé de le licencier.

Le caricaturiste Siné, accusé d'avoir tenu dans une chronique des propos antisémites liés au projet de mariage de Jean Sarkozy, a été renvoyé de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a indiqué mardi 15 juillet le directeur de la publication, Philippe Val.

Dans une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, Siné avait évoqué les fiançailles de Jean Sarkozy et de Jessica Darty, fille du fondateur des magasins Darty, en ironisant sur une éventuelle conversion au judaïsme du fils du président de la République.

"Je suis rarement d'accord avec ce que Siné raconte mais il y a une latitude à Charlie pour exprimer des opinions différentes des miennes" et "cette latitude est bordée par une charte qui proscrit notamment tout propos raciste et antisémite dans le journal", a ajouté le directeur de la publication. Selon lui, "Siné a dépassé cette limite".

"Ni acceptable, ni défendable"

Dans un communiqué publié ce mercredi dans Charlie Hebdo, Philippe Val écrit: "Les propos de Siné sur Jean Sarkozy et sa fiancée, outre qu'ils touchaient la vie privée, colportaient la fausse rumeur de sa conversion au judaïsme. Mais surtout ils pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale et ce n'était ni acceptable ni défendable devant un tribunal".

"Je préfère me couper les roubignolles"

"Val voulait des excuses auprès de Jean Sarkozy et de la famille Darty. Je lui ai demandé s'il ne se foutait pas de ma gueule. Je préfère me couper les roubignolles", a déclaré Siné, qui collabore à Charlie Hebdo depuis la relance du titre en 1992. Agé de 79 ans, le dessinateur et chroniqueur avait également participé à l'ancienne formule.

"Je reproche à Jean Sarkozy de se convertir par opportunisme. S'il s'était converti à la religion musulmane pour épouser la fille d'un émir, c'était pareil. Et un catholique, pareil, j'ai jamais fait de cadeau aux catholiques", a expliqué Siné.

Par LEXPRESS.fr, le 16/07/2008

Posté par jmlir à 17:56 - Société - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un insecte non identifié nargue les entomologistes :

Un envahisseur inoffensif et furtif se joue des entomologistes de Sa Gracieuse Majesté. Dans sa livrée sombre barrée d'une croix orangée, cet insecte, de la taille d'un grain de riz, n'a toujours pas livré son nom. Découvert, en mars 2007, dans le jardin du Muséum d'histoire naturelle de Londres, il reste muet sur son identité. Et s'est multiplié au point d'avoir conquis l'ouest de la capitale britannique, sans plus se trahir.

L'insecte découvert en mars 2007 dans le jardin du Muséum d'histoire naturelle de Londres reste non identifié.

La chose est d'autant plus vexante que s'il est un lieu au monde où l'on devrait pouvoir le démasquer, c'est bien l'auguste institution. Elle ne compte pas moins de 28 millions de spécimens d'insectes, couvrant 500 000 espèces collectées dans tout l'Empire et sur le reste du globe.

Aucun de ces épinglés ne correspond, à la connaissance de Max Barclay, entomologiste au Muséum, au nouveau venu. Celui-ci ressemble bien à une bestiole retrouvée dans un musée de Prague, mais récoltée à Nice, Arocatus roeselii. Hélas le néo-Londonien affectionne semble-t-il les graines de platane plutôt que d'aulne, comme son sosie niçois...

"C'est un peu insatisfaisant de constater que dans le jardin du plus grand muséum au monde, il y a un insecte que nous ne pouvons identifier", convient M. Barclay, interrogé par le Times. Sachant que le platane se trouve dans l'ensemble de l'hémisphère nord, de la Chine à l'Amérique, les zones d'origine putatives sont légion.

IMMIGRATION

Par chance, l'inconnu n'a pas les moeurs dévoratrices de certains de ses compères envahisseurs. Réchauffement climatique et mondialisation aidant, la circulation incontrôlée d'insectes se multiplie. Une étude coordonnée par l'INRA a montré que, sur la période 2000-2007, en moyenne 19 espèces nouvelles d'invertébrés, essentiellement des insectes, s'établissent en Europe chaque année. Le phénomène est en augmentation, puisque sur la période 1950-1975, le rythme d'immigration était estimé à une dizaine d'espèces par an.

Ces mouvements font l'objet d'une extrême attention des services de protection des végétaux, car les dégâts engendrés par les nouveaux venus peuvent être considérables. Mais aussi des services sanitaires : des insectes comme le moustique sont de parfaits vecteurs de maladies. L'inconnu de South Kensington ne semble pas de cette engeance.

Hervé Morin

Posté par jmlir à 17:55 - Environnement - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 avril 2008

Cap sur les biocarburants de seconde génération

Jean-Louis Borloo propose de délaisser les biocarburants de première génération, dont les vertus écologiques sont mises en cause, mais qui sont surtout accusés d’être, en partie, à l’origine de la hausse des prix alimentaires et des émeutes de la faim. Le ministre de l’Ecologie veut se concentrer sur la seconde génération.

biocarburantsLa France veut faire une « pause » sur les biocarburants de première génération. Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, l'a annoncé hier à Rome, en marge du Forum international de l’énergie qui réunissait pendant trois jours des pays producteurs et consommateurs de pétrole.
Les biocarburants de première génération sont mis en cause dans la flambée des prix des matières premières alimentaires. Fabriqués à partir de plantes vivrières, notamment de céréales, leur utilisation en hausse aurait, en partie, provoqué les émeutes de la faim qui se déroulent dans plusieurs pays depuis quelques semaines.
Destiné à être une l’alternative au pétrole, le respect de l’environnement de ces biocarburants de première génération est mis en cause par certains. Le traitement et l’acheminement de la matière première seraient eux-mêmes très couteux en énergie.
Concentrer les efforts sur la deuxième génération
La France veut donc abandonner la première génération pour mieux s’intéresser à la seconde. Les investissements déjà lancés dans les premiers biocarburants seront cependant « honorés ». Le ministre de l’Ecologie a souhaité que soit amplifiée « la recherche sur la deuxième génération pour que ces biocarburants ne soient en aucun cas en concurrence avec des sites (...) alimentaires ».
La France, qui prendra la présidence de l’Union européenne pour six mois en juillet prochain, s’est fixé pour objectif que les biocarburants représentent 10% de la consommation de carburants en 2020.

Posté par jmlir à 09:42 - Energie(s) - Commentaires [0] - Permalien [#]