Planète Bleue

Respirer profondément et en toute sérénité sur notre belle planète

03 juin 2007

La cousine de Ségolène candidate FN

Anne-Christine Royal figure en troisième position de la liste FN pour les élections municipales à Bordeaux.

Anne-Christine Royal (DR)
Anne-Christine Royal (DR)
 

Jacques Colombier, président du groupe Front national au Conseil régional de Gironde, a indiqué, sur France Bleue Gironde, que la cousine de Ségolène Royal, Anne-Christine Royal, figurait en troisième position sur la liste du parti d'extrême droite pour les élections municipales anticipées de Bordeaux. L'élu frontiste affirmait au sujet de sa collègue : "elle a 41 ans, (c'est) une mère de famille exemplaire, 10 enfants, jeune et jolie...".
Interrogée par France Bleue Gironde, Anne-Christine Royal ne souhaitait pas polémiquer. Elle déclarait "respecter les individus, mais combattre les idées". Militante au FN depuis 1983, elle signalait ne pas avoir "attendu Ségolène pour se lancer en politique".

"Les poubelles de la famille" Royal

Le militantisme de sa cousine n'enchante, toutefois, la présidente de la Région Poitou-Charentes. Cette dernière aurait déclaré il y a quelques années, selon Anne-Christine Royal, ne pas vouloir "fouiller dans les poubelles de la famille".
Des élections anticipées doivent avoir lieu à Bordeaux les 8 et 15 octobre prochain. La majorité municipale UMP-UDF-DVD avait annoncé sa démission le 28 août afin de provoquer une élection municipale anticipée et permettre le retour d'Alain Juppé, condamné en décembre 2004 à un an d'inéligibilité dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

"C'est vrai qu'il y a une surproduction mondiale de 50 millions d'hectolitres par an mais l'Australie, l'Afrique du Sud, la Californie ont planté 230.000 hectares en cinq ans! Au nom de quoi ce serait à la France de sacrifier sa viticulture ?", a-t-elle demandé.

Entourée d'une vingtaine de sympathisants et militants, dont Jacques Colombier, responsable régional du FN, elle a dit craindre la "disparition de notre art de vivre", synonyme d'"agonie de la France."

Egrenant les propositions du FN dans le domaine viticole dont la création d'un conservatoire du vignoble, elle s'est engagée, si elle était élue députée, à se rendre à l'Assemblée nationale "s'il le faut durant cinq ans" en traînant un cep de vigne "attaché à un pied".

"C'est une femme qui fait preuve d'un certain courage et qui a des convictions, ce que je respecte", a commenté le député sortant de la circonscription Jean-Paul Garraud (UMP), en campagne au marché de Libourne.

"Mais moi ma tribune c'est l'hémicycle et on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a une démarche politico-médiatique derrière tout ça", a-t-il ajouté.

Posté par jmlir à 10:40 - Politique(s) - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire